Privacy in practice : le trackeur d’activités

Parler du (manque de) respect de la vie privée des nouveaux joujoux électroniques c’est bien, mais le constater en pratique c’est mieux !

J’ai récemment découvert que les assurances françaises se lançaient dans la surveillance de leurs assurés par trackeur interposé (Axa, par exemple). Et comme les assurances anglo-saxonnes visent aussi les entreprises, ce n’est qu’une question de temps avant que les entreprises françaises se voient proposé le deal suivant :

On vous fait une remise de 20% si vous équipez vos salariés du dernier BigBro Tracker ™ et que ceux-ci ont un mode de vie sain et équilibré.

Je ne m’étendrais pas sur l’aspect juridique du sujet, vu que de toute façon le code du travail est optionnel en France (note : humour noir).

Donc, pour vérifier l’utilité concrète de ce type de joujou, j’ai décidé de m’en acheter un. Histoire de voir, en vrai, ce que ça vaut. Il s’agit du trackeur MiBand, de la marque Xiaomi (la même que mon téléphone), qui a en plus l’avantage de ne pas être vendu à un tarif exorbitant.

Voici donc mes impressions au bout de 2 jours d’utilisation, sachant que je passe sur les fonctions annexes pour me concentrer sur le trackeur :

Screenshot_2014-12-19-17-47-11

 Le mode JOUR.

On définit un objectif de pas à atteindre (8000 pas étant le chiffre recommandé), et le trackeur calcule combien on en fait dans la journée. C’est approximatif (marge d’erreur de 10% chez moi), et le trackeur vibre quand on atteint l’objectif journalier.

Un graphique à barres indique, heure par heure, combien de pas ont été effectués (entre 9h et 12h, ce chiffre est proche du zéro … ).

Le mode NUIT.

Screenshot_2014-12-19-17-47-19

Il trace l’heure d’endormissement et de réveil, les phases de sommeil léger et profond (quand on ne bouge plus du tout).

Il vibre à l’heure du réveil. Vous avez ci-contre la nuit typique d’un parent dont l’enfant est malade et pleure la nuit ^^.

Donc, au bout de deux jours d’utilisation, mon sentiment est que les salariés n’ont RIEN à gagner en se faisant équiper de ce genre de gadget :

  • Le sentiment d’être badgé comme un pigeon est fort (et pourtant, je m’en suis équipé volontairement)
  • Être traqué 24h/24 par son entreprise, ça ne se justifie que très rarement, et en aucun cas pour économiser quelques euros de cotisations à une mutuelle
  • Qui dans l’entreprise aurait accès à ces données, et dans quelles conditions ? (tout le monde connait le décalage entre les postures de principe et la réalité)
  • Quel usage de ces données aura la mutuelle ? Qu’est-ce que l’employé va en retirer (en dehors d’un rabais de quelques euros sur sa mutuelle) ?
  • Si ces bracelets embarquent la fonction GPS, c’est le jackpot pour l’employeur…
  • Quelles sont les sanctions si un employé ne respecte pas le deal ? Hausse de sa cotisation (et donc doublement perdant ) ? Sans parler des erreurs de mesure des trackeurs…

Bref, affaire à suivre…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s