Economie et neutralité du Net

On dit souvent que le Parti Pirate n’a pas de programme économique. Rien n’est plus faux. Nous ne mettons tout simplement pas cet élément en avant dans notre discours, afin d’éviter d’être (injustement) catalogués à gauche ou à droite par des médias avides de simplification.

Petit exemple des conséquences économiques, à partir de la consécration de la neutralité du Net.

Neutralité du Net : derrière cette expression barbare se cache un principe essentiel. Ce principe veut qu’aucune information n‘ait la priorité sur une autre. Les opérateurs télécoms ont ainsi l’obligation de transporter toutes les informations à travers leur réseau, sans faire payer de surcoût pour acheminer plus vite un certain type d’information, ni interdire à l’utilisateur d’utiliser certains services.

Concrètement, cela implique la fin des forfaits data actuels chez les opérateurs mobiles, car ceux-ci restreignent l’usage qui peut être fait (pas de voix su IP, etc.).

Mais plus important, cela empêche les opérateurs de facturer une seconde fois pour un même service.

En effet, depuis quelques temps, ils se plaignent du trop grand trafic sur leurs réseaux (en oubliant de préciser qu’ils n’ont pas investis dans une mise à jour de leurs réseaux depuis plusieurs années). Ils proposent donc comme remède de faire payer les entreprises utilisant Internet, afin de garantir que les informations qu’elles fournissent au consommateur lui arrivent.

Ainsi, une entreprise proposant un service de réseau social se verrait contraint de payer une première fois sa connexion à Internet (comme tout le monde), puis de repayer son opérateur télécoms pour être certain que celui-ci exécute bien son obligation de fourniture d’accès à Internet.

Non, vous ne rêvez pas, ce genre de propos est tenu par tous les fournisseurs d’accès à Internet français. Imaginez quel rêve ce serait pour eux ! Faire payer deux fois chaque client !

Outre l’aspect immoral de ce qui s’apparente à un racket, l’impact économique est considérable. Prenons Youtube. Vous savez, la plate-forme de partage de vidéos (où on retrouve notamment ça.).

Youtube diffuse plus de 2 milliards de vidéos chaque jour, et utiliserait actuellement à lui seul l’équivalent de tout le trafic Internet de l’année 2000.

En permettant aux opérateurs télécoms de facturer une seconde fois pour assurer une « qualité de service », il y a fort à parier que Youtube n’aurait jamais vu le jour. Le ticket d’entrée aurait été colossal ! (ex : 1 min de vidéo en Divx peut peser jusqu’à 10Mo. Or 10Mo, c’est l’équivalent de 3500 courriels sans photos ; soit plus d’une année d’emails pour chaque minute de vidéo).

En transposant ceci à d’autres services requérant de gros transferts de données (télémédecine, par exemple), il apparaît clairement que toute atteinte à la neutralité du Net aura des conséquences désastreuses sur tous les services innovants que la France pourrait développer.

Si après on entend encore que le Parti Pirate n’inclut pas l’économie dans son programme….

Note : nous faisons confiance au lecteur pour déduire les implications économique des autres points de notre programme.
Note 2 : vous trouverez d’autres éléments économiques sur le blog d’Anne-Marie Victor, candidate dans la 7ème circonscriptiondu Bas-Rhin

Publicités